Décès du maître Jean Samson


Nous avons la tristesse de vous annoncer le décès de notre doyen le Maître Jean SAMSON survenu dans la nuit de mercredi à jeudi dans sa 101ème année.


Lors d’un entretien téléphonique en 2014, nous avions évoqué ensemble son parcours, dont je vous révèle quelques éléments permettant de mieux connaître ce personnage faisant preuve d’une grande discrétion.



Né à Argenteuil, le 13 janvier 1920, Jean SAMSON se destinait au métier de cultivateur auprès de son ami DANDIGNE. Mais sa vocation fut détournée en raison de la deuxième guerre mondiale pour laquelle il s’engagea dans le 31ème GRDI.


Alors qu’il est affecté à Dinan, il est fait prisonnier par les Allemands. Très vite, il s’évade et regagne Bordeaux à bicyclette en quatre jours ! soit environ 130 kms par jour…


Après avoir été reçu de façon un peu brutale par le commandant de la place, qui croyait avoir à faire à un déserteur, il est affecté au 12ème GRCA où il retrouve son ami DANDIGNE.


A la dissolution de ce régiment, il réintègre les Cadets de Saumur basés à Montauban qu’il rejoint à cheval ! Il suit alors les cours de sous-maître afin de rentrer au Cadre Noir. Malheureusement pour lui, mais heureusement pour nous, il échoue à cet examen et se présente au Maître Raoul CLERY alors à la recherche de Prévôts d’Escrime. Il entame deux ans de cours de Prévôt à l’école de cavalerie située à Tarbes.


Lorsque les Allemands envahissent Tarbes, il part d’abord rejoindre son ami DANDIGNE en Vendée, puis la Région Parisienne où il s’engage dans l’armée américaine, avec laquelle il va participer à la délivrance de la France et de la Belgique, pour s’arrêter à Aix la Chapelle. De là, il rejoint Paris… en jeep, avec chauffeur !


Il est alors rappelé par l’armée française qui l’affecte au quatrième hussard à Doué la Fontaine, dans le Maine et Loire, où il est placé à la salle d’armes de l’école de cavalerie de Saumur dirigée par le Maître CLERY, occupant le poste d’officier du ravitaillement suite à ses blessures de guerre.


Le Maître Raoul CLERY, qui avait certainement détecté en Jean SAMSON de réelles qualités de formateur, lui demande d’assurer le poste de directeur de l’école de Maître d’Armes d’Antibes. Ce qu’il refuse, n’ayant pas de diplôme de Maître d’Armes. Pour pallier à cette carence, le Maître CLERY n’hésite pas à l’incorporer à l’école d’Antibes, ce qui vaut à Jean SAMSON quinze jours d’arrêt de rigueur, infligés par son colonel pour ne pas être passé par la voie hiérarchique.

Cette sanction, heureusement, ne l’a pas empêché de réussir sa maîtrise d’où il sort cinquième de promotion en 1947. Le Maître CLERY l’affecte alors à l’école de santé des Andelys où il reste deux ans, pour être ensuite muté au Cercle Militaire à Paris sous la responsabilité du Maître DODIVERT surnommé « le Prince » ! Il devient par la suite le second du Maître GAUTIER, puis est muté en Algérie en 1958.


A son retour, il regagne le Cercle Militaire où il va enseigner en tant que Maître d’Armes civil en compagnie du Maître Christian WEBER, puis du Maître Bernard DELMAS qu’il fait affecter auprès de lui.


Très ami avec le Maître Jean COTTARD, il va fréquemment enseigner à la salle d’armes d’Antibes lors de ses séjours dans sa résidence antiboise.


Affectionnant particulièrement le sabre, le Maître SAMSON obtient le titre de champion de France militaire en 1959. Et pourtant, il se qualifie avec humour de « Poulidor du sabre », en raison de quelques résultats en compétitions où il échoue en finale.


Il occupe également le poste d’entraîneur de l’équipe féminine autrichienne, entre 1956 et 1958, qu’il emmène aux championnats du Monde !


Sa passion pour l’Escrime lui fait fonder, à sa sortie de l’école d’Antibes, le bulletin des anciens d’Antibes et de Joinville avec 400 abonnements et une publication mensuelle.


Parallèlement à sa carrière militaire et d’escrime extrêmement riche et bien remplie, le Maître SAMSON crée, en 1958 avec deux amis, une entreprise réalisant du contrôle non destructible de matériaux, la société SOFRANEL. Elle s’est occupée, notamment, de tester la résistance des lames d’Escrime, ce qui lui a valu quelques petits soucis avec France Lames. Cette société existe toujours !


En récompense de ses engagements militaires, pour lesquels il fut blessé à deux reprises, le Maître SAMSON est titulaire de la Médaille Militaire, de la Croix de Guerre 39-45 et de la Médaille d’Or de l’American Legion.


Il est également Chevalier de l’Ordre du Mérite, médaillé d’Or de la Fédération Portugaise d’Escrime, médaillé d’Or de la Fédération Française d’Escrime et titulaire de l’Epée d’Or de l’Académie.


En plus de ces importantes compétences dans sa carrière de Maître d’Armes, Jean SAMSON était un homme de grande qualité, d’une délicieuse finesse d’esprit, et d’une remarquable éloquence, faisant de chaque rencontre des moments inoubliables.


L’Académie adresse à tous les membres de sa famille ses pensées les plus chaleureuses et tout son soutien dans ces moments douloureux.